[TROISIEME EDITION du 20/12/2020 avec les photos ; quatrième édition à venir avec le tronçon sud]

L'année 2020, si particulière, aurait pu être une année blanche (comme 2012 et 2017) pour la poursuite de mon "tour" des côtes de France à pied ou à vélo suivant les secteurs. En trichant à moitié, elle ne le sera pas. Je m'explique. Tout d'abord, j'ai profité du dernier jour avant la saison 2 du confinement COVID pour rouler d'Agde à Narbonne sur près de 100 km en suivant au mieux la côte. Ensuite, j'ai retrouvé la trace (au sens propre et figuré) de la suite du parcours, de Narbonne à Port-la-Nouvelle et de Port-la-Nouvelle à Argelès-sur-mer, effectuée fin août 2018 (d'où la petite triche sur la date).

La première partie du parcours sera donc très fraîche dans la mémoire, la seconde beaucoup moins.

AGDE-NARBONNE

Avantage de ces deux villes : une gare ! Donc assez évident de les rejoindre ou d'en partir en train, et même avec le vélo dans le train. Ce fut donc fait ce 29/10/2020. Départ matinal de Toulouse et arrivée vers 9h30 à Agde.

P_20201029_093621

Je commence par rechercher une boulangerie. Il me faudra traverser l'Hérault pour en trouver une en ville en ce jeudi jour de marché. J'en profite pour acheter quelques victuailles pour mon déjeuner (jambon, pain, fromage), de crainte de ne pas trouver plus tard à cette époque.

P1110704

J'avais préparé le parcours l'avant-veille mais je l'ai écorné d'entrée en filant jusqu'à l'écluse ronde d'Agde, rondeur perdue dans les années 1970-1980 quand l'Etat voulut aménager le canal pour relancer le frêt. Peine perdue puisque seul le tourisme fluvial perdure.

P1110707

Sur le bout de canal qui mène à l'Hérault, les platanes, malades du chancre coloré, abattus et brûlés, ont été remplacés par des chênes, un peu roux en ce milieu d'automne.

P1110706

Je franchis la route départementale n°13 et remonte le canal au tracé bien rectiligne sur un chemin terreux, passe sur quelques épanchoirs et arrive au pont St-Joseph ou pont des 3 arches.

P1110710 P1110711

De là, j'emprunte une petite route qui passe sous les voies ferrées pour rejoindre la RD912 puis les bords de l'Hérault.

P_20201029_113456

A ce niveau, une piste cyclable mène jusqu'à la Tamarissière où le fleuve débouche en mer.

P1110716

Un peu avant ce "bout du monde", je bifurque à droite sur un chemin en terre longeant l'étang du clos de Vias jusqu'à la plage, où quelques blockhaus témoignent du pendant du mur de l'Atlantique érigé par les Allemands en Méditerranée.

P_20201029_105400

Par une passerelle, je franchis le ruisseau de l'Ardaillon et une dérivation du canal du Midi pour évacuer ses eaux excédentaires lors des fortes pluies dans cette zone plate. Je descends vers la plage du Clot puis remonte vers le canal du Midi par l'avenue du Clot et de la Méditerranée. Au pont du Jonquié, je vire à gauche et passe devant le parc d'attraction désert. Je fais un micro-détour pour aller voir les ouvrages du Libron sur le canal du Midi.

P1110718

P1110719

Je reprends la route en franchissant le petit fleuve et en reprenant la direction sud sur le chemin de la grande Cosse. Je vais un peu trop loin et doit faire demi-tour. Je suis le petit panneau de véloroute pour traverser des zones pavillonnaires et une multitude de campings.

Je remonte une dernière fois vers le canal du Midi et le port Cassafières que je laisse à ma droite avant de rejoindre la piste cyclable qui mène à Portiragnes-plage. Je rejoins le front de mer que je suis avec une petite pause pour aller sur la plage.

P1110720

Je ravitaille en eau au Vival (un des rares ouverts dans ces cités balnéaires à cette période). Et je poursuis en contournant les arènes, des pâtés de maisons de vacances et un village vacances.

P_20201029_120744

Après l'urbanisation, la nature en traversant par une belle piste les étangs et marais, exutoires d'un vaste réseau hydrographique de cette plaine côtière. Petit loupé de tracé à une intersection mais je récupère un peu plus loin "mon" tracé et franchis la grande Maïre sur un ouvrage en béton. Je rejoins plus loin la route qui mène à Sérignan-plage que j'évite. Une variante plus longue en suivant la rive droite de la Grande Maïre m'aurait permis de traverser cette dépendance touristique du village de Sérignan, qui n'abrite quasiment que des campings.

Je remonte donc la route qui longe l'Orb avec une bande cyclable semi-sécurisée sur le bas-côté. Une passerelle récente permet de franchir l'Orb.

P_20201029_124032

P1110723

On débouche au coeur du village de Sérignan, avec sa belle place ombragée de platanes et son église caractéristique.

P_20201029_124414

Je poursuis dans la plaine plantée de vignes par de petites routes tortueuses qui m'amènent à Valras-plage où l'Orb débouche en mer.

P_20201029_114952

J'ai roulé 40 km, il est 13h passé, c'est donc l'heure du déjeuner sur un muret face à la plage avec un soleil presque brûlant.

P1110726

 

Je rédémarre vers 14h en empruntant le boulevard Jean Moulin, qui fait office de front de mer. A son extrémité ouest, je poursuis sur la route de Vendres. Au giratoire suivant, je tourne à gauche sur le chemin des Montilles qui dessert un lot de camping. A l'embranchement suivant, je tourne encore à gauche sur la RD37E9 qui amène au port du Chichoulet, port de plaisance qui donne sur l'Aude et qui fait face aux Cabanes de Fleury.

P1110727

Je remonte la rive gauche de l'Aude par une route en mauvais état et je franchis l'Aude au premier pont pour passer sur la rive oposée. Je poursuis sur la RD718 en direction de Fleury et je tourne à gauche à l'endroit où les vignes succèdent aux marais. La petite route fait la frontière entre les marais de la plaine à gauche et les vignobles à flanc des côteaux de la Clape à droite.

P1110729

Au "bout" de la route, Saint-Pierre-la-Mer, station balnéaire quasiment déserte à cette époque de l'année. J'emprunte la piste cyclable qui longe la mer, d'abord en site propre, puis sur le trotoir le long de la RD168 jusqu'au port.

Après avoir franchi le bassin portuaire, c'et l'entrée dans Narbonne-plage. Il faut suivre les quais côté droit et poursuivre le long de la mer par une belle piste cyclable partagée avec les piétons.

Passée la zone balnéaire, la piste cyclable longe la RD332, tout en restant un peu en retrait, avec un rideau d'arbres faisant la séparation avec le flot des véhicules. Malheureusement, la piste change de côté et il faut traverser la route. Plus loin, je bifurque pour entrer dans Gruissan, je fais le tour de Port et me dirige vers Gruissan plage via la piste cyclable (encore une) qui longe le canal du Grazel.

P1110733

Je vais jusqu'au bout de la plage, en traversant les habitats sur pilotis rendus célèbre par le film "37.2 le matin".

P_20201029_160426

Pause goûter et départ pour la fin du périple en faisant le trajet inverse le long du canal. J'entre dans Guissan par l'avenue de la mer et je récupère comme je peux le quai Duquesne qui borde l'étang de Gruissan.

P_20201029_164738

Dernier arrêt photo pour la tour Barberousse qui surplomble le village à 35 m d'altitude.

 P1110740

Je rejoins ensuite la RD32 en direction de Mandirac. Il y a peut-être mieux à faire en prenant la digue du canal de Sainte-Marie mais ce n'est pas bien indiqué et à priori plus adapté à des VTT.

A l'écluse de Mandirac, je remonte le canal de la Robine vers Narbonne.

La piste n'est pas formidable avec beaucoup de racines de platanes et un revêtement très grossier.

Bilan de l'après-midi : 57 km en 3h20

Bilan de la journée : 97 km.

 

NARBONNE - PORT-la-NOUVELLE

Je renvoie à la cyclo décrite dans ce blog d'une après-midi de fin octobre 2016.

Pour mémoire, la trace de ce tronçon ci-dessous, refaite en mode aller/retour fin août 2018 au départ de Port-la-Nouvelle et en faisant le tour de l'île Sainte-Lucie.

P1110188

 

canal de la Robine vue de l'île Sainte-Lucie

P1110179

canal de la Robine en aval de l'écluse de Mandirac

 

52 km A/R en enlevant les 6 km sur l'île.

 

PORT-la-NOUVELLE - ARGELES-sur-mer

Départ assez matinal pour éviter la chaleur de l'après-midi et aussi récupérer le train du retour en milieu de journée.

Je démarre sur l'avenue du Général De Gaulle en direction de la sortie de ville et je prends à droite pour faire une grande courbe et passer sous la rampe du boulevard qui saute les voies ferrés. C'est le chemin des vignes qui ne porte plus trop son nom, qui longe d'abord les voies ferrées puis s'en écarte, puis les franchit à un passage à niveau. Il est peut-être possible de continuer à longer les voies ferrées par un chemin en terre qui rejoint ou rejoindrait la route du camping de la Franqui, puis le hameau éponyme. Je n'ai pas pris le risque : j'ai franchi le passage à niveau en continuant sur la route qui longe l'extrémité nord-est des salins de la Palme.

Je tourne à gauche sur la RD709, assez circulée, qui longe l'étang de la Palme sur sa partie nord-ouest. A 500 m d'un giratoire, je tourne à gauche sur le chemin de Laprade, petite route qui traverse des champs de vigne. Au giratoire de la RD627, je m'engage à gauche sur cet axe très circulée sur un gros kilomètre. Je la quitte à l'embranchement qui suit le pont sur les voies ferrées. Une petite route passe au pied du massif calcaire de la Franqui (ballade à pied la veille) et débouche au coeur du village de Leucate. En sortie de village, je prends un bout de piste cyclable qui longe la RD709 et je m'en écarte pour rejoindre le bord de mer de Leucate-plage.

P1110195

J'arrive au grau de Leucate que je franchis par une passerelle. Je poursuis par une petite route puis une piste cyclable qui longe à nouveau la RD627 un peu avant Port-Leucate. Je traverse un bout de la cité balnéaire et rejoins le bord de mer que je suis de plus ou moins près en suivant de petites routes et en passant devant le parc aquatique, le casino. Par un petit détour, je débouche sur la plage où est "échoué" le Lydia, bateau de croisière transformé en casino (?).

P1110199

Je continue par le front de mer en traversant Port-Barcarès et Le Barcarès jusqu'aux bouches de l'Agly.

Une belle piste cyclable aménagée sur la digue du fleuve permet de le remonter sur sa rive gauche, de le franchir par une passerelle au niveau du pont de la RD81, et de descendre le fleuve sur l'autre rive jusqu'à son embouchure.

P1110204

P1110206

Par des chemins en terre, je passe entre la plage et les campings et les bungalows de Toreilles-plage. Il faut ensuite revenir dans les terres pour récupérer la piste cyclable qui longe la RD81, permettant également de franchir par des passerelles trois petits cours d'eau. Au troisième, je vire à gauche et rejoins Ste-Marie Plage. J'en longe le front de mer, puis reviens classiquement vers la RD81 où deux routes peu circulées l'encadrent et font office de piste cyclable.

La Têt est franchie par une passerelle et c'est l'arrivée en périphérie de Canet-en-Roussillon. Via une piste cyclable qui longe la RD617 et l'avenue de la Méditerranée, j'entre dans Canet-plage que je traverse par l'avenue en arrière du front de mer. Au bout de l'avenue, un giratoire permet de récupérer la piste cyclable qui longe la RD81a qui passe entre la mer et l'étang de Canet. Je débouche dans St-Cyprien plage et j'arrive au port.

P1110198

De là, retour vers la RD81 ou route interplages, route surélevée par rapport aux terres alentours. Elle franchit le Tech, dernier gros fleuve côtier qui descend des Albères et entre dans la commune d'Argelès.

P1110210

A la fourche du parc d'attraction, je pars sur la droite sur l'avenue de la Salanque. Je saute la Massane et débouche dans le centre historique et termine à la gare.

 

 

 

Bilan : 78 km en 4h30.

BILAN

En sommant les trois linéaires, faisable en 1 à 4 jours suivant la forme et les envies, on est proche des 200 km.

Pour le tour des côtes de France démarré en 2009, c'est une avancée de 200 km le long de la côte sableuse qui s'étire sur près de 350 km d'Argelès à la Camargue. Si j'excepte le Cap d'Agde, j'ai donc terminé de parcourir la côte Méditerranéenne entre la frontière espagnole et l'embouchure du grand Rhône.

Je ne sais pas si je poursuivrais à l'est du Rhône. J'ai profité pendant 5 ans de la vie en Provence et de sa façade maritime : côte bleue, callanques, côte varoise et ses îles, avec de nombreuses randonnées en boucle ou en aller-retour à toutes saisons. Certes, je n'ai pas fait l'intégralité du linéaire de Port-de-Bouc à Fréjus mais suffisamment pour ne pas y porter la priorité. Quant à la côte des Alpes maritimes, son urbanisation quasi intégrale ne présente pas d'intérêt majeur à mes yeux. Peut-être à vélo un jour et encore.

Je consacrerai les prochaines années à la suite du GR34 sur les côtes bretonnes et à ce GR21 sur la côte d'Albâtre que je n'arrive toujours pas à caler. GR21 en 2021 ?