Depuis Cahors jusqu'à Aiguillon, récit de cette ballade sportive le long de la véloroute de la vallée du Lot.

Quelques précisions tout d'abord :
- la vélo route porte bien son nom puisque la quasi totalité du parcours se fait sur des routes, majoritairement peu fréquentées. On emprunte parfois des pistes dédiées aux vélo mais sur de courtes portions (5km max).
- la vallée du Lot est à prendre au sens large : la route ne longe pas en permanence le Lot mais elle suit grosso-modo son cours. Aussi, le parcours n'est pas plat et quelques côtes (et descentes) viennent corser le pédalage.

Nous avons fait cette cyclo-tourisique à 2 avec des VTC et en 3 étapes :
- étape 1 : Cahors - Puy-l'Evêque
- étape 2 : Puy-l'Evêque - Villeneuve / Lot
- étape 3 : Villeneuve / Lot - Aiguillon - Agen

 

ETAPE 0 : de Toulouse à Cahors en train

Départ de la gare de Toulouse le vendredi en fin d'après-midi : les vélos dans le TER et une heure plus tard nous sommes à Cahors. Nous montons vers le centre ville et faisons quelques emplettes au Petit Casino près des Halles. Nous allons mangé en bordure du Lot près du pont Valentré. Un spectacle son et lumière est prévu en soirée 5 fois par semaine en période estivale. Après le repas et un passage par l'hôtel (le Kyriad à la sortie nord de la ville), nous revenons à la nuit tombante près du pont.

P1000220

Le spectacle consiste en un jeu de lumières sur les piles et les tours du pont, avec un fond sonore. Il dure environ 50 minutes et tourne 2 fois en boucle à partir de 22h. A noter qu'il est gratuit.

 

ETAPE 1 : de Cahors à Puy-l'Evêque

La journée commence par un troisième passage au droit du pont Valentré. Nous remontons le Lot par la rive droite et arrivons au pont Louis Philippe (construit en l'honneur du roi) où se tient Cahors plage ! Encore une ville qui cède au sable et aux parasols sur les berges de sa rivière. Délogé par les organisateurs (pas de vélo à Cahors plage !), nous visitons le centre ancien de Cahors, situé à l'intérieur de la boucle du Lot. Ce secteur était autrefois protégé par des murailles qui fermaient la boucle au nord, ne laissant que la rivière (et 2 ponts) comme moyen d'entrer dans la ville.

Nous profitons du marché pour acheter les victuailles du midi : viande cuite, tomates, fromage, pain et fruits. Nous allons pique niquer en face de Cahors-plage sur les berges aménagées et plantées de divers arbres fruitiers.

P1000237

Après une petite sieste, départ officiel de la cyclo depuis le pont Louis Philippe, mais par la rive gauche. Ci-dessus le petit panneau matérialisant le départ.

P1000238

On suit la rive gauche avec notre quatrième passage devant le pont Valentré. Après la zone commerciale récente de Cahors (nord-) ouest, nous faisons notre premier encart au circuit en passant en rive droite via le pont de la RD820 (l'ex nationale 20). Au grand rond point (hôtels et Mc-Do), nous filons en direction de Bergerac par la RD 811, route circulée. L'objectif est de récupérer une piste cyclable indiqué sur la carte IGN (la France à vélo) mais dont le début est plus loin qu'escompté. Il faut donc poursuivre plus longtemps sur la RD811, même si un marquage au sol laisse une bande aux cyclistes. Quelques centaines de mètres après avoir sauté la voie ferrée, il faut tourner à gauche en traversant la route qui n'est pas aménagée pour s'engager sur la voie verte, d'ailleurs fort peu indiquée (si ce n'est par la disparition de la bande cyclable). La piste emprunte le tracé de l'ancienne voie ferrée allant de Cahors à Fumel.

Cette ligne a été inaugurée fin 1869 et le trafic a été stoppé en 1971. Ce fut la première ligne à desservir Cahors. Suivirent les lignes de Cahors à :
* Montauban en 1884, prélude d'un trajet plus rapide entre Paris et Toulouse, qui passait alors par Périgueux, Brive, Capdenac et Lexos
* Capdenac en 1886 qui permettra une circulation continue le long du Lot et l'approvisionnement en charbon jusqu'à Bordeaux. Fumel en profitera grandement avec ses usines sidérurgiques
*à Brive en 1891, ce qui améliorera notablement la liaison Paris -Toulouse dont les deux dernières avancées seront le passage par Uzerche (à la place de St-Yrieix) entre Brive et Limoges, et l'électrification en 1943.

Ce petit historique provient de Quercyrail.

P1000240

L'ancienne voie ferrée est empruntée sur 5km dans un sous-bois. Après un passage devant l'ancienne gare de Mercuès, la voie verte prend fin après le franchissement du Lot (photo ci-dessus) sur un viaduc en briques. C'est là que nous récupérons le tracé de la véloroute.

Celle-ci emprunte alors le plus souvent de petites routes communales, suivant au mieux les boucles du Lot, montant et descendant au rythme des côteaux sur lesquels les vignes s'épanouissent. Nous sommes alors en plein coeur du vignoble de Cahors, passant de Château en Château et de Domaine en Domaine.

Nous faisons la pause sur une terrasse à Luzech, où un gros barrage sur le Lot est une entrave à la navigation : on ne peut pas le franchir mais on peut naviguer vers l'amont, jusqu'au barrage de Cajarc, autre limite en terme de navigation. A noter qu'avec une bonne centaine de kilomètres entre ces deux barrages, la navigation (de plaisance) a été récemment réouverte sur le Lot avec des écluses au niveau de chaque seuil, dont certains sont encore pourvus de moulins en fonctionnement.

Luzech est construit au niveau du resserrement d'une cingle du Lot, que l'on franchit donc deux fois en 300 m. Seconde entorse à la véloroute, nous ne longerons pas la boucle du Lot par la rive droite mais prendrons le trajet direct en passant directement d'un pont à l'autre.

Nous reprenons la route en rive gauche du Lot avec une belle montée, suivie d'une longue descente, puis ça grimpe à nouveau avec une route (RD8) qui surplombe le Lot et permet d'apprécier la largeur de la plaine (inondable !) au coeur d'un autre méandre de la rivière. Par une petite route à droite, nous redescendons en bordure du Lot, passons dans le village de Lagardelle et finissons par arriver à Puy-l'Evêque.

Bilan de journée : 60km

Nuit à l'hôtel Henry situé à l'angle du premier rond-point après le pont sur le Lot.

Menu à 17 € très correct avec entrée / plat / dessert et au moins 2 choix. Nuit, petits déjeuner et repas du soir : 90€ pour 2.

ETAPE 2 : de Puy-l'Evêque à Villeneuve-sur-Lot

P1000251

La journée commence par une visite du village avec sa rue principale qui monte. Descente au bord du Lot pour trouver trace d'un repère de crue (avril 1897) sur une maison.

P1000247

Quelques photos et un ravitaillement à l'Ecomarché plus tard, et nous "décollons" à 11h. Nous franchissons le Lot pour longer ensuite sa rive gauche jusqu'à Vire/Lot où c'est le jour de la brocante. On tourne à droite sur le pont pour passer sur l'autre rive et quelques hectomètres plus loin, nous retrouvons l'ancien tracé de la voie ferrée que nous suivons jusqu'à Touzac : piste en terre avec une tonnelle naturelle formée par la canopée des arbres. La voie verte se termine un peu avant le pont de Touzac. Une petite montée plus loin et nous retrouvons une voie communale qui circule dans la campagne lotoise, puis lot-et-garonnaise car la limite départementale est franchie après Soturac. Au niveau du hameau de Condat, il faut tourner à droite après avoir franchi un ruisseau (ne pas partir vers les berges du Lot) et récupérer le tracé de l'ancienne voie ferrée qui longe et surplombe le Lot.

Nous arrivons à l'ancienne gare de Fumel un peu avant 13 heures et nous montons dans la ville pour acheter quelques victuailles au marché dominical qui se termine. Nous déjeunons au pied des jardins du château (ci-dessous).

P1000255

Des jardins, le panorama est vaste et s'ouvre sur la vallée en amont de Fumel (à gauche ci-dessous), bien délimitée par deux collines sur chaque rive, et sur la vallée en aval de Fumel, qui s'ouvre beaucoup plus vers la plaine de la Garonne (à droite ci-dessous).

P1000257 P1000256

Nous reprenons la route en nous trompant un peu dans la sortie de Fumel et nous allongeons un peu notre parcours en empruntant le pont de la déviation au lieu du premier pont en aval de Fumel. La véloroute se poursuit en rive gauche jusqu'à Penne-d'Agenais où nous franchissons le Lot et ravitaillons en eau à côté de la base nautique de St-Sylvestre. La véloroute emprunte la RD911 bordée de platanes en direction de Fumel et sur un gros kilomètre : ce tracé est surprenant car une route communale moins dangereuse et démarrant à l'église serait plus appropriée.

P1000259

Il ne reste que 8 km pour atteindre le centre de Villeneuve-sur-Lot. Le centre historique situé à cheval sur les deux rives du Lot, témoigne de la bastide originelle, construite selon un plan orthogonal organisé autour d'une place centrale. De la bastide fortifiée, il reste au moins la porte des Pujols (ci-dessous depuis l'intérieur de la ville).

P1000265

Côté religieux, on trouve notamment l'église Sainte-Catherine, de style néoroman bysantin, construite en briquettes et dont le clocher est une tour rectangulaire à la base puis hexagonale au sommet.

P1000264

Trois ponts très rapprochés permettent de passer d'une rive à l'autre. Le pont le plus ancien est celui des Cieutats.

P1000268

ETAPE 3 : de Villeneuve-sur-Lot à Aiguillon, puis Agen

70 km sont prévus pour la journée et nous commençons à pédaler un peu plus tôt (10h30) que les deux jours précédents.

La véloroute passe en rive gauche et sort de Villeneuve par la RD236 en direction de Bias. Un petit détour sur de petites routes permet de suivre de loin la boucle du Lot avant d'arriver à Bias, où on change de rive par un pont métallique (ci-dessous).

P1000270

On récupère à ce niveau le tracé d'une ancienne voie ferrée et la véloroute se transforme en voie verte en site propre. La VV arrive à Casseneuil en passant devant l'ancienne gare. On repasse en rive gauche jusqu'à Sainte-Livrade où on franchit encore le Lot. On est en plein dans la plaine agricole avec des champs de maïs, de tournesols et de tabac.

P1000275champ de tabac avec les séchoirs à tabac à l'arrière plan

Et à proximité d'Agen, les nombreux vergers sont surtout des pruniers d'Ente qui donne le fameux pruneau d'Agen. La culture du pruneau est aujourd'hui protégé par une IGP. La production moyenne de prunes est de 165 ktonnes pour 43 kt de pruneaux.

P1000273

Arrivée à Aiguillon à 15h pour une petite pause. C'est la fin de la véloroute puisque le Lot conflue avec la Garonne un peu en aval du village. Ci-dessous, le Lot en amont du pont de l'ex RN113, dernier pont routier sur le lot (celui de la voie ferrée Bordeaux-Toulouse, juste en aval est le tout dernier pont sur le Lot) avec deux anciens moulins de part et d'autre du lit.

P1000278

Digression sur le Lot : affluent de rive droite de la Garonne, le second par la taille du bassin versant (environ 11 500 km²) après le Tarn, il prend sa source en Lozère sur la commune du Bleymard dans un champ en bordure d'une forêt sur le versant sud de la montagne du Goulet, qui fait face au versant nord du Mont Lozère. C'est le petit filet d'eau ci-dessous.

Lot_source


Sur le versant sud du mont Lozère, c'est le Tarn qui prend sa source. Et sur le versant nord de la montagne du Goulet, c'est un affluent de l'Ardèche qui coule, la ligne de crête de la montagne du Goulet étant la limite de partage des eaux entre Méditerranée et Atlantique. Long de 485 km, le Lot est la seconde plus longue rivière de France (après la Marne qui en fait 520). Il se jette dans la Garonne à Aiguillon. Le bassin versant est très étiré d'est en ouest. Il possède deux affluents principaux : la Truyère (dont le bassin versant à la confluence à Entraygues est supérieur à celui du Lot : 3 300 km2 contre 2 150 km2) et le Célé (1 400 km2). Il arrose deux préfectures (Mende et Cahors) et traverse 5 départements (Lozère, Aveyron, Cantal, Lot et Lot-et-Garonne).


Nous repartons vers Buzet-sur-Baïse pour rejoindre par la route le canal de Garonne. Nous récupérons la voie verte du canal de Garonne au niveau de la base nautique et de l'écluse qui permet la jonction entre le canal latéral et la Baïse. Un petit panneau indique qu'il reste 26 km avant Agen.

P1000283

Le trajet est plus monotone sur la voie verte avec d'un côté le canal bordé d'arbres et de l'autre bien souvent des rangées d'arbres également ou des vues sur la plaine de Garonne.

Nous arrivons à la gare d'Agen à 18h30, non sans une certaine fatigue. Le train pour Toulouse est à 18h48 et le retour dans la ville rose à 20h bouclera le circuit commencé 3 jours plus tôt.

Au total, une boucle de 400 km, une moitié en train et l'autre moitié à vélo. Le tout en 3 jours.