Une super cyclotouristique sur 600 km à travers 4 régions (Midi-Pyrénées, Aquitaine, Poitou-Charentes et Pays-de-la-Loire) et 6 départements (Tarn-et-Garonne, Lot-et-Garonne, Gironde, Charente maritime, Vendée et Deux-Sèvres) avec un parcours varié :

- voie verte le long du canal de Garonne,
- voie verte dans la forêt landaise autant dans les terres qu'en bord de mer
- voie verte le long du littoral charentais
- vélo route le long de la Sèvre niortaise dans la marais poitevin.

Le point de départ fut Moissac dans le Tarn-et-Garonne (Midi-Pyrénées) en date du 28 août 2010.

Le point d'arrrivée fut Niort dans les Deux-Sèvres (Poitou-Charentes).

Au total, 11 étapes ou journées de pédalage :
- 4 en duo ;
- 7 en solo.

Une petite pause d'une journée s'est tenue au bout de 7 jours dans le secteur de Marennes (Charente Maritime), bien que du pédalage il y eu aussi mais sans les bagages !

Voici étape par étape, le déroulé de cette cyclo.

 

Étape 1 : Moissac - Agen

Départ sous le soleil de la gare de Moissac située à proximité du cloître de la cathédrale, sise sur un des chemins de Saint-Jacques de Compostelle.

100_6318

100_6322

100_6323

Après le franchissement du canal, on le suit sur l'ancien chemin de halage aujourd'hui bitumé. Sur les premiers hectomètres, le canal est coincé entre la voie ferrée Bordeaux-Toulouse à droite et le Tarn à gauche. Trois kilomètres après Moissac, le Tarn rejoint la Garonne que le canal longe sur quelques kilomètres jusqu'au barrage qui permet l'alimentation du canal de Golfech construit pour refroidir les deux réacteurs de la centrale nucléaire éponyme. Le canal de Garonne va le suivre jusqu'à la sortie de Valence. Le canal de Garonne s'en écarte alors et on retrouve l'omblage des platanes plantés le long des deux berges du canal.

100_6431

Après le passage à l'ouest du village de Lamagistère, le canal retrouve la voie ferrée en rive gauche et l'ex RN113 en rive droite. C'est enfin l'agglomération d'Agen qui se dessine, le canal contournant la ville par l'ouest et le pied du coteau.

Petite virée dans la ville avant de partir à la recherche de la chambre d'hôtes située sur la commune de Brax. Chambre un peu vieillote chez une personne âgée, avec un beau jardin. Repas en table d'hôtes.

Étape 2 : Agen -Meilhan

Petit retour en arrière pour démarrer la journée afin de se ravitailler (supermarché Casino du Passage ouvert en ce dimanche matin) et d'aller voir de près le pont canal sur la Garonne, le deuxième plus long de France avec ses 540 m. Il dispose de 22 piles dans le lit du fleuve.

100_6436

Puis, c'est le démarrage effectif de la journée en poursuivant le long du canal, très ombragé. Il longe la plaine agricole avec ses champs et ses vergers, notamment des pommiers. On longe un peu l'autoroute A62 avant d'arriver au pont canal sur la Baïse qui précède une écluse : la piste cyclable change de rive et on passe à droite. A noter que la plupart des maisons éclusières sont aujourd'hui fermées, parfois même à l'abandon.

100_6441

100_6443

Juste avant Buzet-sur-Baïse, une écluse permet de rejoindre la Baïse pour naviguer sur cet affluent de la Garonne jusqu'à Valence-sur-Baïse. La Baïse est le plus grand et le plus affluent de rive gauche de la Garonne avec un bassin de près de 3000 km² et une longueur proche de 190 km. La Baïse a connu une crue catastrophique en juillet 1977.

On passe ensuite au pied de Damazan puis le canal remonte vers le Nord pour venir se coller à la rive gauche de la Garonne un peu avant le Mas d'Agenais. Le canal file ensuite vers le nord-ouest, délaissant le fleuve qui serpente dans la grande plaine pour arroser Marmande.

Arrivée à Meilhan mais il faut monter une sacrée côte en cette fin de journée pour arriver au village et à la chambre d'hôtes.

100_6447

Chambre d'hôte correcte bien aménagée mais manquant d'intimité puisque la chambre d'un enfant du propriétaire est sur le même palier et qu'il faut passer par le palier pour aller à la salle d'eau.

Repas au restaurant du Tertre situé à quelques centaines de mètres sur une place qui domine la plaine de Garonne, avec quelques panneaux explicatifs sur les crues. Très bonne cuisine.

Étape 3 : Meilhan - Noaillans

Fin de la piste cyclable à Castets-en-Dorthe avec la maison éclusière et l'échelle de crue. On voit bien que le troisième étage de la maison a été ajoutée postérieurement à la construction de la maison, très probablement à la suite de la crue de 1875.

100_6455

Il faut emprunter de petites routes peu circulées pour rejoindre Bazas et sa cathédrale (ci-dessous) : nous sommes sur un des chemins de St-Jacques de Compostelle, celui venant de Vézelay, au doux nom latin de Lemovicensis.

100_6463

Pause déjeuner sur la place centrale du village, face à la cathédrale et à l'ombre.

Nous repartons sur l'ancienne voie ferrée aménagée en voie verte bitumée. La piste traverse la forêt landaise, qui est principalement composée ici de chènes et non de pins comme on pourrait le penser.

Quelques km après Bazas, on arrive au lieu dit "La Gare", sorte de noeud du réseau cyclable puisque soit on poursuit tout droit vers Langon, soit on bifurque à gauche vers l'étang d'Arcachon (qui est encore loin). C'est par là que nous poursuivons.

On passe ensuite au dessus de l'A65 encore en construction par une passerelle toute neuve.

Juste avant Villandraut, on franchit le Ciron, cours d'eau au bassin versant très plat (altitude moyenne de 95 m ; point culminant à xx m) mais de superficie imposante (un peu plus de 1 300 km2). Il rejoint la Garonne après Langon.

Nous quittons la voie verte à Villandraut pour rejoindre notre dernière chambre d'hôtes commune à Noaillans. Très belle chambre dans une vieille batisse retapée, apéritif avec les propriétaires.

Étape 4 : Noailans - Arès

3°C au thermomètre pour démarrer la journée : on se réchauffe en pédalant doucement jusqu'à Villandraut où nous reprenons la piste cyclable. Elle traverse toujours la forêt essentiellement plantée de chênes. De ci de là, on passe à côté de coupes à blanc avec les grumes en attente d'être emportées. La piste est en bon état tout du long avec un bitume bien lisse mais les longues lignes droites sont un peu monotones (ci-dessous) et peu ombragées.

100_6477

Comme nous roulons sur l'emprise d'une ancienne voie ferrée, nous passons à chaque village devant les bâtiments de l'ancienne gare, témoignage d'une époque où le transport routier n'avait pas le monopole.

100_6479

Une pause au super U de Belin-Béliet récemment construit au bord de la piste nous permet de ravitailler pour le déjeuner, pris un peu plus loin à côté du viaduc (photo ci-dessous) qui franchit un ruisseau affluent de l'Eyre qui passe tout près. L'Eyre est un fleuve qui se jette dans le bassin d'Arcachon après avoir drainé plus de 1500 km2 sur un linéaire de près de 120 km. Le point le plus haut du bassin versant est à xx m d'altitude : la pente est donc très faible. Le fleuve rejoint le bassin d'Arcachon entre Biganos et Le Tech.

100_6480

Après une petite sieste, reprise pour la fin de l'étape qui nous verra passer sous l'autoroute A63, via un tracé en U perpendiculaire à la piste (on tourne à gauche pour longer en descente l'autoroute, on passe dessous et on remonte de l'autre côté). Après l'autoroute, première et unique table de pique-nique entrevue sur le parcours : c'est un manque dommageable.

Après Mios et même si les cartes ne l'indiquaient pas lors de notre passage, la piste cyclable se poursuit sur l'ancienne emprise ferroviaire et une passerelle récente (ci-dessous) permet de franchir l'A660. Ce sont les derniers hectomètres dans la nature car la piste longe ensuite la départementale pour rejoindre la gare de Bizanos où je laisse ma compagne.

100_6482Pour ma part, je vais poursuivre seul. Je commence par emprunter la piste qui contourne le bassin d'Arcachon (D802 !) par le nord. La piste est agréable et calme quand bien même on traverse de nombreux villages.

100_6483

Je me mets en quête d'un hôtel pour la nuit et je trouve mon bonheur à Arès pour environ 50€ la nuit avec petit déjeuner. Rien d'exceptionnel mais suffisant. Après une bonne douche, je me ravitaille au Shopi (aujourd'hui Carrefour City) situé un peu plus loin et je vais prendre mon dîner sur un banc face au bassin d'Arcachon. la marée est montante et les lueurs du couchant agrémentent la vue.

100_6488

Étape 5 : Arès - Hourtin

Début de la journée par une triste nouvelle : Laurent Fignon est décédé la veille à 51 ans et fait la une du quotidien L'Equipe dans une belle tunique jaune datant du Tour de France 1984, tour qu'il avait écrasé.

Une dernière photo du bassin à marée basse (?) et zou. Reprise sur la piste qui fait le tour du bassin d'Arcachon que je quitte rapidement pour embrayer sur les pistes (photo plus bas) qui traverse la forêt landaise, plus grande forêt d'Europe. Il s'agit cependant d'une forêt plantée à des fins d'exploitation. Anecdote : autrefois, ces lieux étaient des marais avec un élévage extensif d'ovins (témoignage : les bergers landais sur échasses qui leur donnaient de la hauteur pour surveiller leur troupeau et leur évitaient se rester planter dans la marais). Pour limiter la progression du littoral dans les terres et pour assainir les marais, il fut décidé au milieu du XIXè siècle de planter massivement des pins (maritimes pour l'essentilel) sur toute la côte aquitaine. Ainsi est née la forêt landaise de Gascogne. Contrairement à une idée reçue, on ne trouve pas que des pins mais aussi beaucoup de chênes quand on s'éloigne du littoral.

100_6492La piste est bitumée et recouverte pour partie d'épines de pin sècheés. Je me retire sous les pins pour la pause déjeuner. Malgré l'ombre, on sent bien la chaleur. Je rejoins à pied le littoral après avoir grimpé en haut de la dune. Belle plage... de nudistes !

100_6495

Après Lacanau-océan, la piste n'est qu'une succession de dalles de béton (photo ci-dessous) qui commencent à dater : certaines dalles sont cassées, la jointure entre dalle est loin d'être horizontale. Et puis impossible de se croiser : il faut mettre pied à terre.

100_6496

Après Carcans-plage, il est préférable de suivre la piste DFCI, plus à l'intérieur des terres mais beaucoup plus roulante. La piste passe tout près du phare de Hourtin (ci-dessous).

100_6500

Il ne me reste plus qu'à me rapprocher de Hourtin-plage et de bifurquer vers Hourtin où je passe la nuit dans une résidence de vacances. Le soir, je vais jusqu'au port de plaisance au bord du lac pour pique-niquer et prendre une nouvelle photo d'un plan d'eau au couchant.

100_6505

Étape 6 : Hourtin - Le Verdon

Une étape un peu plus courte avec déjeuner à Soulac toujours sous le soleil. Départ également plus matinal car je souhaite visiter le phare de Cordouan et le départ est à 15h30 depuis le port du Verdon, donc il ne faut pas traîner.

Visite du phare de Cordouan

100_6511

100_6515

100_6517

100_6522

Étape 7 : Le Verdon - Marennes

Avant d'embarquer pour le bas, je fais un saut au phare du Verdon, dont le petit musée est malheureusement fermé en ce vendredi matin.

100_6536

Je prends le bac en fin de matinée pour traverser la Gironde entre le Verdon et Royan et poser les pieds dans une nouvelle région : Poitou-Charentes.

100_6538

Je fais un petit tour dans Royan avant de longer la côte le plus possible, en gros en suivant le GR4 dans les rues littorales jusqu'à Saint-Palais-sur-mer. De là, on retrouve une voie verte qui longe la côte de Beauté, à savoir de l'embouchure de la Gironde à Royan à la pointe de la Courbe où culmine un phare, un des plus hauts de France (64 m). Pour cause de travaux, il ne sera pas possible de monter jusqu'à la plateforme mais l'escalier en colimasson est déjà impressionnant. L'éco-musée du phare rappelle que le lieu est tourmenté et que l'érosion marine fait son oeuvre, ayant notamment englouti le phare précédent en une dizaine d'années entre la fin du XIXè et le début du XXè siècle. Le même sort est attendu à terme pour le phare actuel, construit à près de 2 km de la côte en 1905 et aujourd'hui seulement protégé de l'océan par un cordon dunaire. Ci-dessous une vue depuis une fenêtre du phare sur la pointe de la Courbe qui marque la fin de l'estuaire de la Gironde.

 100_6549    100_6555100_6557 100_6563

La piste cyclable continue jusqu'à Ronce-les-Bains. Il faut ensuite prendre la grande route très circulée pour franchir par un viaduc la Seudre (ci-dessous à la tombée de la nuit le lendemain, depuis le port Cayenne).

100_6579

Je m'arrête à peine plus loin au camping de Marennes-plage.

Jour de repos à Marennes

La journée de repos porte mal son nom puisqu'au final, j'ai pédalé plus de 30 km, entre un passage au centre ville de Marennes puis au port de la Cayenne. Pique-nique au bord de l'eau en regardant la marée monter, retour à Marennes et retour au port de Cayenne en soirée pour un restaurant avec en dessert, la jonchée charentaise, une spécialité lactée parfumée aux amandes.

100_6577

Étape 8 : Marennes - Rochefort

En l'absence de piste cyclable en site propre le long du littoral charentais entre le pont d'Oléron et La Rochelle (la voie verte existe mais s'écarte notablement du littoral), la suite du parcours sera faite essentiellement sur des vélo-routes plus ou moins officielles.

Premier arrêt à Brouage, cité fortifiée, autrefois grand port de commerce du sel charentais. Aujourd'hui, le village est au milieu des marais et c'est son caractère médiéval et ses remparts qui attirent le touriste.

Toujours sur de petites routes, je rejoins Saint-Nazaire (sur-Charente !) puis le fort Lupin qui gardait l'entrée de l'estuaire avec son compère de la rive opposée, Fort Vasoux, dont il ne subsiste que des ruines. Pas de chance puisque la visite du fort proposée le dimanche matin est exceptionnellement annulée ce dimanche là ! Je file donc vers Port-des-Barques qui tient son nom des barques qui servaient autrefois à traverser l'estuaire de la Charente. Même si la passe n'est pas encore recouverte, il est trop risqué d'aller faire un tour à l'île Madame alors que la marée monte. Ce sera pour une autre fois et je fais une longue pause incluant le déjeuner.

100_6599 Je repars en repassant devant Fort Lupin (cette fois avec les douves sous l'eau du fait de la marée haute) et en remontant la rive gauche de la Charente qui serpente. A Soubise, je retrouve un bout de piste cyclable qui amène au pont transbordeur, le dernier de France (Marseille en possédait un sur le vieux port).

C'est sur la nacelle du pont transbordeur que je rejoins la rive droite de la Charente et entre dans Rochefort. J'ai malheureusement loupé la piste cyclable qui remonte la Charente, traversant la zone d'activités au sud de Rochefort.

100_6603

Nuit à Rochefort dans une chambre d'hôtes chez l'habitant, qui profite de l'absence de ses enfants pendant l'été pour louer des chambres. Pizza avalée près de la Corderie Royale, non sans avoir discuté un peu rugby avec le pizzaïolo qui pense que Le stade rochellais se maintiendra en Top14 pour sa première saison dans l'élite regroupée. L'avenir lui donnera tort...

Étape 9 : Rochefort-Esnandes

Une sacrée étape en commençant par la rive droite de la Charente jusqu'à la fin de l'estuaire à Fouras et sa forteresse. Je roule sur les digues en cours de reconstruction après les dégâts de la tempête Xynthia.

100_6590

100_6619

100_6620

Puis remontée de la côte charentaise avec les dégâts de Xynthia, notamment à Aytré.

Passage rapide à la Rochelle avec les tours qui encadrent l'entrée du port.

100_6638

je retrouve la côte près du péage du pont vers l'île de ré : la côte sableuse laisse place à une côte rocheuse.

 

Arrivée à la pointe Saint-Clément

100_6648

Puis Esnandes juste avant que l'orage n'éclate. Premières gouttes d'eau le soir du 10è jour !

Étape 10 : Esnandes - Le Mazeau

Passage par Charon, dernier village en bord d'océan avant d'entamer la remontée de la Sèvre niortaise sous un ciel chargé. Pause déjeuner à Marans. reprise sous le soleil pour une belle après-midi le long de la Sèvre niortaise, dont les rivessont très buccoliques. jusqu'à M$$$

Étape 11 : Le Mazeau - Niort

100_6664Une vingtaine de kilomètres pour finir le long de la Sèvre niortaise : pause à Coulon avec un fleuve bien tranquille.

Arrivée à Niort où je découvre le château.

Au total, 600 km de vélo en 11 étapes.

Record personnel de kilométrages pour une cyclo.