Capu di Muru

Direction la Corse du Sud et plus précisément un cap entre Ajaccio et Propriano : u Capu di Muru (le cap de la mort ?). Depuis Ajaccio, il faut prendre vers le sud la route (RD55 puis RD155) qui longe le littoral : Porticcio puis Verghia, puis Portiglio, et enfin Acqua Doria pour tourner à droite à la sortie du hameau vers le cap (c'est bien panneauté), jusqu'au petit parc de stationnement qui termine la route.

Le sentier a été aménagé par le conservatoire du littoral qui a acheté ce bout de terre. Au programme une boucle en passant par une tour génoise, des chaos granitiques en bordure du littoral, une petite chapelle à la mémoire des disparus en mer et le feu (et non le phare) qui indique le cap.

Deux bémols à cette randonnée donnée pour 3h et parcouru en 2h35 pauses comprises :
- des indications absentes (ou détruites) pour accéder au point de départ ;
- un temps couvert avec quelques gouttes : on n'y peut rien mais avec un franc soleil, ce doit être encore plus beau.

100_6211Depuis le point de départ marqué par un tout petit panneau au sol, il faut un gros quart d'heure pour arriver à la tour génoise : le chemin surplombe la côte et passe sous la végétation maritime. La tour se visite gratuitement et on peut même monter au sommet où les feux étaient autrefois allumés pour prévenir de l'arrivée d'étrangers. Les tours ceinturent l'île et chaque tour est visible depuis deux autres tours situées de part et d'autre de la première, ce qui permet, par un effet domino, de faire le tour de l'île dans les deux sens. Sachant qu'il y a un peu moins de 90 tours et qu'il fallait 3h (dixit un guide) pour que toute l'île soit avertie de l'arrivée d'étrangers, on en déduit qu'il ne fallait que 4 minutes pour allumer un foyer à partir du moment où on en voyait un sur une tour voisine.

100_6222Après la visite de la tour, il ne faut pas prendre le sentier qui part à droite puis en contrebas mais celui qui part à peine vers la gauche et qui mène en quelques minutes à une bâtisse. Elle était fermée lors de mon passage mi-juin mais elle est ouverte en plein été avec des expositions et des informations. De là, il faut poursuivre vers l'ouest à travers une végétation assez rase (les effets du vent) et on accède en une petite heure à la pointe. Vaste étendue de chaos de granite avec le triptyque de couleurs : le vert de la végétation, le rouge-orangé des rochers et le bleu de la mer (et du ciel, en l'occurence gris ce jour là !). Il ne reste qu'à suivre le bord de mer à travers ces rochers pour atteindre en 5 mn la chapelle, ouverte au vent mais qui permet de s'abriter.

100_6224En poursuivant, on passe au pied du feu qui guide les marins dans la nuit et on longe le littoral pendant une bonne demi-heure. Le sentier finit par remonter assez sèchement pour retrouver une petite boucle en provenance de la bâtisse décrite plus haut. Il reste à bifurquer à droite pour rejoindre le point de départ, en 10 minutes.

 

 

 

Campomoro

100_6301Autre randonnée fort agréable en bord de mer un peu plus au sud. A partir de Propriano, prendre la direction de Sartène / Bonifacio par la RN 198 et tourner à droite juste après le franchissement du Rizzanase, en direction de Campomoro. Après quelques kilomètres sur une route fort dégradée, on atteint le petit port de Campomoro avec une très belle petite plage de sable fin.

 

 

 

 

 

 

Îles Sanguinaires et pointe de la Parata

100_6179