Les distances entre écluses

Ecluses : ci-joint un fichier qui recense les distances entre toutes les écluses du canal du midi (format open office; logiciel libre). Avec ce tableau, plus besoin de faire des additions ou soustractions, il suffit de regarder la cellule à la croisée des écluses de départ et d'arrivée. Attention : les distances sont en mètre !

Historique de mes sorties à vélo

J'ai débuté le parcours du canal du midi à vélo un après-midi de novembre 1995 par un A/R de Toulouse à Baziège.

En juin 2003, j'ai fait la fin du canal avec un A/R Vias- Béziers puis un Vias - pointe des Onglous (l'embouchure du canal dans l'étang de Thau).

Et en septembre 2008, j'ai fait le parcours (presque) complet en 4 étapes dont 2 journées entières et 2 demi-journées :
étape 1 : Toulouse - Castelnaudary
étape 2 : Castelnaudary - Puichéric
étape 3 : Puichéric - Villeneuve-lès-Béziers
étape 4 : Villeneuve - Agde

Le parcours

Il n'est pas très compliqué : le canal du midi démarre au niveau des ponts jumeaux à Toulouse et se termine dans l'étang de Thau sur la commune de Marseillan. Au total 240 km (ci-dessous le sixième du parcours environ en Hte Garonne).

Ph_006

ETAPE 1

Départ le jeudi 18 septembre 2008 vers 15h un peu après la gare Matabiau, histoire d'éviter la partie du canal en centre ville qui n'apporte pas grand chose (j'ai fait cette partie avec les vélô toulouse depuis). Temps couvert avec quelques gouttes de temps à autre. La piste cyclable bitumée est présente depuis la gare de Toulouse du côté droit (en allant vers la mer). On passe au niveau du port Saint-Etienne, on franchit le périphérique par un pont canal, on passe derrière le campus de Rangueil où l'on change de rive. De là, c'est toujours à gauche jusqu'à l'écluse de l'Océan, dernière écluse avant le bief de partage des eaux à Naurrouze (à 52 km de Toulouse). A la sortie de Toulouse, le canal serpente un peu et l'autoroute A61 n'est jamais très éloignée.

Ph 009

écluse de Montgiscard avec un lavoir et des oies

Au droit de l'aire d'autoroute de Port-Lauragais, le bitume laisse place à une piste bien agréable (ci-dessous) mais sur une courte distance.

Ph 019

L'écluse de l'océan est vite atteinte et il faut passer à droite. Si on veut monter jusqu'à l'obélisque de Naurouze, qui marque le point de partage des eaux, il faut rester à gauche. On retrouve les alignements de platanes qui forment un octogone, autrefois siège d'un bassin où la rigole de la plaine débouchait. La plaque (ci-dessous) posée sur la maison éclusière est explicite : nous sommes 189 m au dessus du niveau de la mer et le bief de partage fait près de 5,2 km.

Ph_021

Ph 023 Photo 248

alimentation du bief de partage et panneau rappelant le système d'alimentation

Justement, pour suivre le bief de partage, deux possibilités :

  • en bordure du canal sur une piste graveleuse
  • sur le chemin en terre à ornières qui surplombe le canal.

A l'autre bout de ce bief de partage, on trouve l'écluse de la Méditerranée.

Ph 024

 

On arrive ensuite en moins de 10 km à Castelnaudary par un chemin "blanc". Ci-dessous le canal

Ph 029

Castelnaudary est l'occasion de manger un cassoulet à la maison éponyme et même d'y dormir. J'ai parcouru environ 60 km (66 km précisément si on part des Ponts-Jumeaux à Toulouse).

ETAPE 2

Deuxième étape démarrée encore et toujours sous la grisaille (il a plu dans la nuit). Mais le ciel va vite se dégager grâce à une petite tramontane. Je repars vers 11h en passant devant le bassin aménagé pour les haltes nautiques.

Ph 032

A la sortie de la ville, on "passe" l'écluse quadruple Saint-Roch.

Ph 034

Le chemin de halage se poursuit par un chemin "blanc". A ce niveau, il faut poursuivre à gauche. Je ravitaille à Bram (15 km plus loin) et déjeune près d'un pont canal sur un ruisseau juste avant de passer sous les voies ferrées de la ligne Toulouse-Narbonne. On retrouve à partir de Bram une piste en terre dont l'état est moyen voire passable localement.

Ph_054

L'entréeJe suis à 15h à Carcassonne (39 km depuis Castelnaudary) avec un soleil franc. L'arrivée dans la ville se fait toujours par la rive gauche via une trouée nécessaire au passage du canal (ci-dessous). Ce passage n'est pas terrible avec un chemin étroit en terre entre le mur de soutènement et le canal.

Ph 052

A noter qu'à l'origine, le canal passait au nord de Carcassonne, empruntant la vallée du Fresquel, la cité fortifiée n'ayant pas voulu ni cru au canal. Ce n'est que sous Napoléon 1er au début du XIXè siècle que le tracé sera rectifié et passera dans la cité fortifiée.

On poursuit sur la droite après le port de Carcassonne et on arrive en 3,5 km au point de jonction entre l'ancien et le nouveau tracé, situé au niveau des écluses du Fresquel. Premier ouvrage remarquable : le franchissement du Fresquel par un pont canal à trois arches de 50 m d'ouverture. On se trouve alors à 101 m d'altitude.

Ph 056

 

Je poursuis toujours à droite du canal jusqu'à Trèbes (ci-dessous) où je me mets en quête d'un lit pour la nuit en allant à l'office du tourisme. Ce sera à Puichéric.

Ph 065

Mais pour y arriver, il faut encore rouler. Depuis Trèbes, on poursuit à droite jusqu'à Marseillette où on passe à gauche au niveau de la RD610 appelée "la Minervoise". On retrouve le côté droit après l'écluse de l'Aiguille (ci-dessous).

Ph 070

Chambre d'hôte au domaine viticole des Fontanelles. L'accès est direct depuis le bord du canal après l'écluse de l'Aiguille. Repas très copieux avec dégustation des vins du domaine. Accueil excellent, repas convivial, chambre propre et bien décorée. Rien à redire. Mieux que l'hôtel précédent, plus convivial, le tout pour un montant similaire : 60€.

Pour cette seconde étape, 68 km.

ETAPE 3

Départ le lendemain matin vers 9h30 avec un temps ensoleillé et plus chaud. Je passe La Redorte, ancienne étpe incontournable et relais de poste. Un épanchoir renvoie le trop-plein du canal dans l'Argens-double, petit affluent de l'Aude.

Ph 072

 

En un peu moins de 20 km, je suis à l'écluse d'Argens au coeur du Minervois, écluse qui marque le début du plus long bief du canal : 54 km sans écluse jusqu'aux hauteurs de Béziers.

E_Argens

La végétation devient plus typée méditerranéenne. Sur ce bief, on trouve également les ponts-canaux de la Répudre et de la Cesse (respectivement à gauche et à droite ci-dessous). Le premier est dû à Riquet et a été construit dès l'origine du canal. Le second est dû à Vauban, qui a modifié le tracé du canal pour éviter qu'il emprunte le lit de la Cesse.

PC_Repudre1 PC_Cesse2

Quelques hectomètres plus loin, on arrive à la bifurcation vers le canal de jonction (vue ci-dessous) qui rejoint l'Aude après l'écluse de Gaillousty. En prenant le canal de la Robine, on peut ensuite naviguer ou pédaler jusqu'à Narbonne, voire jusqu'à la mer (Port-la-Nouvelle).

Canal_Robine2

Je fais une longue pause à Capestang avant de repartir vers Béziers. Et puis arrive le tunnel du Malpas, dont le creusement a conditionné la poursuite du projet.

Tunnel_Malpas2

On peut grimper un peu sur la route qui va à l'oppidum d'Ensérune avec une très belle vue sur les anciens étangs asséchés de Montady, aujourd'hui cultivés en rayons (ci-dessous).

Montady_etang1

Au dessus du tunnel, on change de côté : passage à gauche du canal.

Le plus long bief se termine par l'escalier d'eau des écluses de Fonserranes : à l'origine 8 sas d'écluses à la file pour rejoindre l'Orb qui était emprunté sur une centaine de mètres.

 

 

Ce qui n'allait pas sans poser quelques problèmes lors des étiages sévères ou lors des crues. Depuis 1858, un pont canal a été créé sur l'Orb qui évite la traversée du fleuve.

Orb_pont-canal

On peut passer indifféremment à droite ou à gauche sur le pont canal (situé quelques centaines de mètres après les écluses vers la droite). Pour poursuivre le long du canal, il faut enjamber une des écluses de Fonséranes (la 6è je crois) par un petit point idoine.

A la sortie de Béziers, la piste cyclable est bitumée (côté droit) et il faut rester sur ce bord jusqu'à la fin du canal. J'ai fait la pause du soir à Villeneuve-les-Béziers à l'hôtel Las Cigalas tenu par un couple anglo-suédois.

Bilan de la troisième étape : 76 km le long du canal de l'écluse de l'Anguille à l'écluse de Villeneuve.

ETAPE 4

Ne reste alors que 27 km pour rejoindre la pointe des Onglous. Etant passé deux fois sur le site, je n'ai pas daigné faire l'intégrale et je me suis arrêté à Agde où j'ai pris le train pour le retour.

J'ai surtout trainassé sur la plage de Vias avec une eau très fraîche (merci la tramontane).

Entre Vias et Agde, on passe les ouvrages du Libron, système perfectionné pour laisser passer les eaux en crue du petit fleuve côtier sans qu'elles ne pénettrent dans le canal au risque de l'ensabler.

O_Libron3

Un arrêt final à Agde et son église aux pierres noires volcaniques. Mais surtout, la seule écluse ronde (aujourd'hui modifiée et agrandie par rapport à l'originelle) du canal avec trois portes : une vers Béziers, une vers la suite du canal via une traversée de l'Hérault, une vers la mer, toujours via l'Hérault.

Ecluse_Agde

Pour poursuivre le périple jusqu'à l'étang de Thau, il faut abandonner le canal du midi au niveau de l'écluse ronde d'Agde, passer en ville et récupérer le canal à la sortie nord de la ville (par la RD51 vers Marseillan). Il reste alors une dizaine de kilomètre avant d'arriver à l'étang de Thau. Je signale pour l'avoir fait en 2003 et à lire les commentaires d'autres cyclotouristes, que le chemin de halage de la partie terminale du canal après l'écluse de Bagnas est en très mauvais état et que cela ne s'arrange pas. Les risques de chute ou de plongeon sont élevés.

L'arrivée au niveau du feu des Onglous est magnifique (et "décoiffante" par grand vent) : vieilles barrières rouillées, chemin pavé et vue sur l'étang et les parcs à huîtres.

Onglous2

De la Garonne à l'entrée dans l'étang, le canal fait 240 km : les costauds feront ça en 2 jours, ceux en forme en 3 jours, ceux qui mixeront vélo et courtes visites en 4 jours et ceux qui prendront leur temps le feront en 6 jours au moins. Dans tous les cas, pas de difficultés majeures.

Personnellement, je compte me le "refarcir" en mode sportif (sur 2 ou 3 jours) d'ici l'été et poursuivre par le canal du Rhône à Sète jusqu'à Beaucaire, puis remonter le Rhône, ptet bien la Saône jusqu'à sa source dans les Vosges. A moins que je bifurque vers la Loire à Chalon par le canal du centre.